TOP 3 des attractions touristiques à Rome

0
133

Dans une ville aussi remplie d’icônes de l’Antiquité et de la foi chrétienne, il est difficile de savoir où aller en premier. Bien sûr, vos propres intérêts régiront vos choix, mais il y a certains sites qui sont des points de repère presque obligatoires de l’Italie et de toute l’Europe, comme le Colisée et le Panthéon.

Essayez de varier vos expériences en explorant Rome, afin de ne pas visiter trop de sites ou d’églises anciennes à la suite, surtout si vous décider de visiter Rome en 2 jours. Et intercalez ces attractions plus sérieuses avec quelques-unes qui ne sont que des icônes touristiques – la Place d’Espagne et cet endroit où tous les touristes doivent aller pour lancer leur pièce, la Fontaine de Trévi. Rome est si grande qu’elle peut être bouleversante, et même le plus fidèle des touristes devrait prendre le temps de se détendre et de profiter de la dolce vita dans un parc ou un café sur le trottoir.

1. Le Colisée et l’Arc de Constantin

Comme la Tour Eiffel est à Paris, la silhouette de l’Amphithéâtre Flavien est à Rome. Le Colisée, la plus grande structure que nous a laissée l’Antiquité romaine, sert toujours de modèle pour les arènes sportives (la conception actuelle d’un stade de football est clairement basée sur ce plan romain ovale).

Le bâtiment a été commencé par Vespasien en 72 après J.-C., et après que son fils Titus l’ait agrandi en ajoutant le quatrième étage, il a été inauguré en l’an 80 après J.-C. avec une série de splendides matchs. Le Colisée était suffisamment grand pour accueillir des représentations théâtrales, des festivals, des cirques ou des jeux, que la Cour impériale et les hauts fonctionnaires observaient du plus bas niveau, les familles romaines aristocratiques du second, la population du troisième et du quatrième.

À côté du Colisée se dresse l’Arc de Constantin, presque aussi connu, un arc de triomphe érigé par le Sénat pour honorer l’empereur en tant que “libérateur de la ville et porteur de paix” après sa victoire dans la bataille du Pont Milvius en 312.

2. Cité du Vatican

Le Vatican est le plus petit État indépendant du monde, avec une superficie de moins d’un demi-kilomètre carré, dont la plus grande partie est entourée par les murs du Vatican. À l’intérieur se trouvent le palais et les jardins du Vatican, la basilique Saint-Pierre et la place Saint-Pierre, un espace gouverné par le pape, chef suprême de l’Église catholique romaine. Cet espace compact offre beaucoup à voir aux touristes, entre ses musées et la grande basilique elle-même.

À l’intérieur de la basilique Saint-Pierre se trouve le chef-d’œuvre de Michel-Ange, la Pieta, ainsi que des statues et des autels du Bernin, entre autres. Le point culminant incontestable des musées du Vatican est la Chapelle Sixtine, dont le magnifique plafond orné de fresques est l’œuvre la plus célèbre de Michel-Ange. À l’intérieur du palais du Vatican se trouvent les salles Raphaël, les appartements Borgia, la bibliothèque du Vatican et un certain nombre de musées, dont la Pinacothèque, le Musée d’art séculier, le Musée étrusque et d’autres encore. Les collections que vous pouvez voir dans ces musées couvrent tous les domaines, des carrosses papaux à l’art du XXe siècle reflétant des thèmes religieux.

3. Le Panthéon

Le Panthéon (le monument le mieux préservé de l’Antiquité romaine) est remarquablement intact pour ses 2000 ans. Et ce, malgré le fait que le pape Grégoire III ait retiré les tuiles de bronze dorées du toit et que le pape Urbain VIII ait ordonné que son toit en bronze soit décapé et fondu pour couler la voûte au-dessus de l’autel de Saint-Pierre et les canons pour le Castel Sant’Angelo.

Le Panthéon a été reconstruit après avoir été endommagé par un incendie en 80 après J.-C., et la maçonnerie qui en résulte montre la maîtrise technique extraordinairement élevée des constructeurs romains. Sa coupole de 43 mètres, réalisation suprême de l’architecture intérieure romaine, est suspendue sans supports visibles – ceux-ci sont bien cachés à l’intérieur des murs – et son ouverture centrale de neuf mètres est la seule source de lumière du bâtiment.

L’effet harmonieux de l’intérieur est dû à ses proportions : la hauteur est égale au diamètre. Bien que les premiers empereurs chrétiens aient interdit l’utilisation de ce temple païen pour le culte, en 609 le pape Boniface IV l’a dédié à la Vierge et à tous les martyrs chrétiens, et depuis lors, il est devenu le lieu de sépulture des rois italiens (Victor Emmanuel II se trouve dans la deuxième niche à droite) et d’autres Italiens célèbres, dont le peintre Raphaël.

TOP 3 des attractions à voir à Rome :

  • Le colysée
  • Le Vatican
  • Le Panthéon

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here